DUMERSAN (Théophile Marion)

DUMERSAN (Théophile Marion) 1780-1849

Dumersan.jpg

 

Biographie

Le vrai nom de sa famille était Marion. C’est son père qui, pour se distinguer de ses frères, avait pris celui de « du Mersan » d’après le nom d’un de ses domaines. En 1795, alors que sa famille est inquiétée la Terreur, le jeune Théophile, qui aurait pris goût au théâtre en apprenant à lire dans Racine et Molière, trouve un emploi auprès d’Aubin-Louis Millin de Grandmaison, conservateur du Cabinet des médailles et antiques de la Bibliothèque royale. Avec son collègue Théodore-Edme Mionnet, futur membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, il met au point un nouveau système de classification des médailles par ordre géographique et chronologique, travail qui lui vaut d’être nommé conservateur adjoint du Cabinet des médailles en 1842.
À l’âge de dix-huit ans, il débute au théâtre par Arlequin perruquier ou Les têtes à la Titus, une critique des modes et des mœurs du temps, et commence bientôt à alimenter les théâtres de boulevard. Il compose en deux ans pas moins de dix-huit pièces, dont L’Ange et le diable en 1799, drame en cinq actes qui connaît plus de cent représentations, chiffre prodigieux pour l’époque. Au total, il produit 238 pièces, dont plus de 50 à lui seul. Les autres sont issues d’une collaboration avec les meilleurs vaudevillistes parisiens, parmi lesquels Jean-Nicolas Bouilly, Nicolas Brazier, Pierre-Frédéric-Adolphe Carmouche, Marc-Antoine Désaugiers, Mélesville et Eugène Scribe. Son plus grand succès est Les Saltimbanques, une « farce désopilante » selon le Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle, donnée au Théâtre des Variétés en 1838.
Parmi toute cette production, Dumersan trouve aussi le temps de rédiger des ouvrages de numismatique et d’histoire du théâtre, dont un lexique d’expressions théâtrales et d’argot des comédiens, le Manuel des coulisses. Vers la fin de sa vie, il publie plusieurs recueils de chansons. Il prépare avec Noël Ségur les Chansons nationales et populaires de France, parues en deux volumes en 1866.

Oeuvres

Théâtre