DE LABOULLAYE (Ferdinand)


DE LABOULLAYE (Ferdinand) 1798-1849

de Laboullaye.jpg

 

Biographie

Depuis longtemps établie au Val-du-Theil, la famille de La Boullaye, fils de Louis-François Pomponne de La Boullaye et d’Antoinette-Françoise Boulloche, remonte à Fouques de La Boullaye, qui épousa, au XIe siècle, la fille du comte de Beaumont-le-Roger et de Leicester, en Angleterre.
Ferdinand de La Boullaye fit ses études au lycée de Rouen, où il eut pour condisciples Cavé, Sénard, etc. Il avait été longtemps attaché à la préfecture de police ; il avait même été l’un des chefs du cabinet particulier du préfet Gisquet. Doué d’une grande facilité, extrêmement laborieux, écrivain également fécond en prose et en vers, il a longtemps travaillé pour les journaux, pour les théâtres.
Sa vocation pour la littérature théâtrale se développa assez tard. Ce n’est guère qu’en l’année 1830 qu’il s’essaya dans ce genre, en donnant à la scène, avec Gabriel de Lurieu, un opéra en un acte, intitulé : Joséphine ou le Retour de Wagram. Le Journal de la librairie ne désigne pas d’autres pièces de Ferdinand de La Boullaye que celles représentées ; cependant celles-ci ne sont pas les seules que l’auteur ait fait imprimer, et plusieurs sont restées manuscrites.
Il vécut à la fois dans le monde littéraire et dans le monde politique. Il a été longtemps le propriétaire et le principal rédacteur du journal le Sens commun. Il collaborait en même temps au Furet de Paris et à l’Indépendant. Privé de sa place pendant quelque temps, il était rentré dans l’administration et avait été nommé sous-chef de la division de la police municipale. C’est au milieu des nombreux travaux que lui imposaient ses nouvelles fonctions que la mort est venue le frapper.

Oeuvres

Théâtre

  • 1830 : Joséphine ou Le retour de Wagram (opéra) avec Gabriel de Lurieu
  • 1831 : Les Quatre sergents de La Rochelle avec Gabriel de Lurieu
  • 1832 : Le Bourreau sans le savoir
  • 1833 : Les Faussaires anglais avec Eugène Cormon ; Monsieur Placide ou se mariera-t-il ? avec Eugène Cormon ; Le Portrait du concierge
  • 1834 : Artiste et artisan ou les deux expositions avec Étienne Jourdan ; Deux de moins avec Eugène Cormon ; Paris au village avec Gabriel de Lurieu ; Les Visites à ma tante avec Eugène Cormon
  • 1837 : Un Parent millionnaire avec Eugène Cormon
  • 1838 : L’Ouverture sans prologue avec Étienne Jourdan
  • 1844 : Molière au XIXe siècle
  • 1845 : Corneille et Rotrou avec Eugène Cormon
  • 1847 : Corneille chez Poussin