DE TULLY (Jules-Henry de Bunel de Tully, dit Henry)

DE TULLY (Jules-Henry de Bunel de Tully, dit Henry) 1798-1846

Dramaturge.jpg

 

Biographie

Fils du lieutenant-colonel Pierre-Nicolas de Bunel, comte d'Ivry (1763-1824), il devient adjoint au commissaire du Roi à la Monnaie de Paris, membre de la Société lyrique et administrateur du Théâtre du Luxembourg. Le comte de Tully est le fondateur avec Théodore Ferdinand Vallou de Villeneuve du Théâtre Beaumarchais (1835). Rédacteur à La Psyché, on lui doit aussi des chansons.
En 1823, il épouse Alexandrine-Henriette d'Origny (1805-1844) dont il aura un fils Henry-Maxime-Ludovic en 1824. Il demeurait en l'Hôtel de la Monnaie, quai Conti, où il meurt à l'âge de 48 ans.
Ses pièces, souvent signées de son seul prénom Henry ou du pseudonyme collectif Charles Henri furent représentées dans les plus célèbres théâtres parisiens du XIXe siècle (Théâtre du Palais-Royal, Théâtre de la Porte Saint-Antoine, Théâtre du Vaudeville etc.).

Oeuvres

Théâtre

  • 1822 : Les Dames Martin ou le mari, la femme et la veuve avec Gabriel-Alexandre Belle et W. Lafontaine
  • 1825 : L'Exilé avec Théodore Anne et Achille d'Artois
  • 1827 : Le Mari par intérim avec Fulgence de Bury et Charles Nombret Saint-Laurent ; L'Orpheline et l'héritière avec Théodore Anne
  • 1828 : Monsieur Rossignol ou le prétendu de province avec Félix-Auguste Duvert
  • 1829 : L'humoriste avec Fulgence de Bury et Charles Dupeuty
  • 1831 : Le Fils du colonel ; La Plus belle nuit de la vie avec Desvergers et Charles Varin
  • 1833 : Le Singe et l'adjoint avec Félix-Auguste Duvert
  • 1836 : L'Amour et l'homéopathie avec Adolphe Jadin et Alphonse Salin
  • 1837 : Le Chemin de fer de Saint-Germain avec Jean Pierre Charles Perrot de Renneville ; Zizine ou l'école de déclamation
  • 1839 : Le Plus court chemin
  • 1840 : Misère et génie avec Alfred Desroziers
  • 1841 : La Mère et l'enfant se portent bien avec Alfred Desroziers et Dumanoir
  • 1844 : Les Fils de Télémaque avec Armand-Numa Jautard
  • 1867 : Qu'est c'que ça me fait, ou tout est pour le mieux