LURINE (Louis)

LURINE (Louis) 1812-1860

Lurine.jpg

 

Biographie

Né en Espagne de parents français, son véritable nom était Lurinas. Par un étrange caprice, le nom singulier de Lurine était un nom de son choix, qui lui a pourtant valu bien des plaisanteries. Il a été élevé à Bordeaux. Il commença très tôt à écrire, débutant par une satire, le Cauchemar politique (1831), mais bientôt sembla se consacrer exclusivement au théâtre. Le Vaudeville de la rue de Chartres, sous la direction d’Étienne Arago, lui étant entièrement ouvert, il y donna sa première pièce, le 2 juillet 1832, en collaboration avec Jacques Arago : Chabert, inspirée par la nouvelle de Balzac, sur lequel il devait publier, par la suite, une esquisse. Le succès de la pièce fut contesté, et Lurine attendit plus d’une année pour mettre, en octobre 1833, à la même scène Richelieu à quatre-vingts ans, qui réunit tous les suffrages. Richelieu a été suivi d’œuvres comme la Chasse aux maris, les Courses de Chantilly, Mea culpa, le Roi, etc. mais, pour la plupart, d’une grande faiblesse, elles n’ont pas connu le même succès.
Lurine comptait sur le Boudoir, une pièce reçue au Théâtre-Français et travaillée avec un soin extrême, mais la destinée de cette œuvre fut pire encore : le public cria à l’imitation maladroite de Marivaux, à l’immoralité, et c’est à peine si les trois représentations de rigueur furent accordées à cette comédie en un acte, qui a soulevé tant d’orages. Déçu, il quitta Paris pour aller travailler à divers journaux de province. Il avait juré de ne plus remettre les pieds dans la grande ville et de se signer chaque fois qu’il passerait devant un théâtre. Après à peine un an, en 1840, il a fait néanmoins son retour à Paris, et même au théâtre, mais non plus cette fois comme auteur, mais comme critique, en rendant compte des nouveautés dramatiques au Globe, alors dirigé par Granier de Cassagnac.
Parallèlement, il donnait, au Courrier Français, une série de feuilletons et de nouvelles. Le Siècle et National en ont également publié un certain nombre. Plus tard, il a publié en volumes un choix de ses œuvres sous le titre de Treizième arrondissement (1850) et de Ici on aime (1854). Lurine a été rédacteur en chef du journal politique La Séance en 1848 et du journal théâtral La Comédie en 1853, publications dont l’existence a été de courte durée. Il a encore donné ses soins et son inspiration à divers ouvrages collectifs de librairie sur l’histoire de Paris, tels que les Rues de Paris (1843), les Environs de Paris (1844), les Couvents de Paris (1845), les Prisons de Paris (1845), et la Police de Paris (1847).
À travers ces travaux si divers, Lurine était reparu, discrètement, après un long intervalle, au théâtre, avec un nombre de productions assez restreint, pour donner, au Théâtre-Français : le Boudoir, la Comédie à Ferney ; au Gymnase : la Boîte d’argent, Caliste, les Comédiennes ; au Vaudeville : Chabert, la Chasse aux Maris, les Courses de Chantilly, les Femmes peintes par elles-mêmes, Madame Basile avec Félix Solar, qu’il a formé5, Mea Culpa, la Peur du mal, le Protecteur, Richelieu à quatre-vingts ans, le Vieux Bodin ; aux Variétés : le Camp des Révoltés, Madame Bijou, Monsieur Jules ; au Palais-Royal l’Amant aux bouquets, aux Délassements-Comiques le Droit d’ainesse. On trouve encore Une nuit de la Ligue, opéra écrit en collaboration avec Jacques Arago, musique de Joseph de Zangroniz mais, inconnu à Paris, si cet opéra a été joué, c’est sans doute à Bordeaux. Pour deux de ses pièces, Caliste et le Droit d’ainesse, Lurine a pris le pseudonyme de « Louis de Burgos ».
Dans les derniers temps de sa vie, il avait rédigé ses souvenirs, dans le Train de Bordeaux (1854) et Voyage dans le passé (1860), le second n’étant guère qu’une nouvelle édition du premier, sensiblement retouchée. Il fut également président de la Société des gens de lettres, et directeur du théâtre du Vaudeville de 1858 à sa mort. Il avait été fait chevalier de la Légion d’honneur (décret du 25 avril 1847).

Oeuvres

Théâtre

  • 1832 : Le Duc de Reischtadt avec Jacques Arago ; Chabert avec Jacques Arago
  • 1833 : Richelieu à quatre-vingts ans avec Jacques-François Ancelot ; La Peur du mal avec Jacques-François Ancelot.
  • 1834 : Madame Basile avec Félix Solar
  • 1841 : Caliste ou le geôlier avec Narcisse Fournier
  • 1842 : Le Droit d’aînesse avec Albéric Second
  • 1854 : La Comédie à Ferney avec Albéric Second ; Le Vieux Bodin
  • 1856 : Madame Bijou avec Raimond Deslandes ; L’Amant aux bouquets avec Raimond Deslandes ; Les Femmes peintes par elles-mêmes avec Raimond Deslandes ; Le Camp des révoltées avec Raimond Deslandes
  • 1857 : Les Comédiennes avec Raimond Deslandes
  • 1858 : La Boîte d’argent avec Raimond Deslandes
  • 1859 : Monsieur Jules ou le père terrible avec Raimond Deslandes