MUSSET (Alfred de)

MUSSET (Alfred de) 1810-1857

 

Biographie

Lycéen brillant, le futur poète reçoit un grand nombre de récompenses dont le prix d'honneur au Collège Henri IV en 1827 et le deuxième prix d'honneur au concours général la même année. Il s’intéresse entre autres au Droit et à la Médecine. Alfred de Musset abandonne vite ses études supérieures pour se consacrer à la littérature à partir de 1828-1829. Dès l'âge de 17 ans, il fréquente les poètes du Cénacle de Charles Nodier et publie en 1829, à 19 ans, Contes d'Espagne et d'Italie, son premier recueil poétique qui révèle son talent brillant. Il commence alors à mener une vie de « dandy débauché ». En décembre 1830, sa première comédie La Nuit Vénitienne est un échec accablant qui le fait renoncer à la scène pour longtemps. Il choisit dès lors de publier des pièces dans La Revue des Deux Mondes, avant de les regrouper en volume sous le titre explicite Un Spectacle dans un fauteuil. Il publie ainsi À quoi rêvent les jeunes filles ? en 1832, puis Les Caprices de Marianne en 1833. Il écrit ensuite en 1833 son chef-d'œuvre, le drame romantique Lorenzaccio, publié en 1834 (la pièce ne sera représentée qu'en 1896) après sa liaison houleuse avec George Sand, et donne la même année Fantasio et On ne badine pas avec l'amour. Il publie parallèlement des poèmes tourmentés comme la Nuit de mai et la Nuit de décembre en 1835, puis La Nuit d'août (1836) La Nuit d'octobre (1837), et un roman autobiographique La Confession d'un enfant du siècle en 1836.

Dépressif et alcoolique, au-delà de 30 ans, il écrit de moins en moins ; on peut cependant relever les poèmes Tristesse, Une soirée perdue (1840), Souvenir en 1845 et diverses nouvelles (Histoire d'un merle blanc, 1842). Il reçoit la Légion d'honneur en 1845, et est élu à l'Académie française en 1852. Il écrit des pièces de commande pour Napoléon III. Sa santé se dégrade gravement avec son alcoolisme, et Alfred de Musset meurt à 46 ans, le 2 mai 1857 : il est enterré dans la discrétion au Cimetière du Père-Lachaise, après des obsèques en l'église Saint-Roch. Ludovic Vitet, au nom de l'Académie française, prononce l'éloge funèbre.

Redécouvert au XXe siècle, Alfred de Musset est désormais considéré comme un des grands écrivains romantiques français, dont le théâtre et la poésie lyrique montrent une sensibilité extrême, une interrogation sur la pureté et la débauche, une exaltation de l'amour et une expression sincère de la douleur. Sincérité qui renvoie à sa vie tumultueuse, qu'illustre emblématiquement sa relation avec George Sand.

Oeuvres

Théâtre

Romans

  • 1828 : L'Anglais mangeur d'opium
  • 1836 : La Confession d'un enfant du siècle

Contes et nouvelles

  • 1837 : Emmeline
  • 1838 : Le Fils du Titien ; Frédéric et Bernerette ; Margot
  • 1839 : Croisilles
  • 1840 : Les Deux Maîtresses
  • 1842 : Histoire d'un merle blanc
  • 1844 : Pierre et Camille ; Le Secret de Javotte ; Les Frères Van Buck
  • 1845 : Mimi Pinson
  • 1853 : La Mouche

Poésies

  • 1826 : À Mademoiselle Zoé le Douairin
  • 1828 : Un rêve
  • 1830 : Contes d'Espagne et d'Italie ; La Quittance du diable
  • 1831 : La Coupe et les lèvres ; Namouna
  • 1833 : Rolla
  • 1834 : Perdican ; Camille et Rosette
  • 1835 : La Nuit de mai ; La Nuit de décembre
  • 1836 : La Nuit d'août ; Chanson de Barberine
  • 1837 : La Nuit d'octobre ; À la Malibran
  • 1838 : L'Espoir en Dieu ; La Nuit d'avril
  • 1840 : Tristesse ; Une Soirée perdue
  • 1841 : Souvenir
  • 1842 : Le Voyage où il vous plaira ; Sur la paresse ; Après une lecture
  • 1849 : Les Filles de Loth
  • 1850 : Carmosine
  • 1851 : Bettine ; Faustine

Autres

  • 1836 : Lettre à M. de Lamartine
  • 1837 : Lettres à Dupuis et Cotonet ; Lettres à George Sand (recueil)
  • 1838 : Dupont et Durand