CLARETIE (Arsène Arnaud, dit Jules)


CLARETIE (Arsène Arnaud, dit Jules) 1840-1913

Dramaturge.jpg

 

Biographie

Jules Claretie collabore à de nombreux journaux, notamment au Figaro et au Temps, sous plusieurs pseudonymes. Il tient la critique théâtrale à l’Opinion nationale, au Soir, à La Presse. Ami d’Étienne Arago, il publie une analyse de ses Mémoires dans Le Temps du 28 mai 1892.
Historien, il compose entre autres une Histoire de la Révolution de 1870-1871.
En littérature, il publie en début de carrière des romans sentimentaux aux accents mélodramatiques, notamment Eliza Mercœur (1864) et Le Dernier Baiser (1864), puis fait quelques incursions dans le roman policier avec Un assassin (1866), récit d’un « crime mondain qui devint l’un des grands succès de l’année, et Le Petit Jacques (1885), un mélodrame plusieurs fois adapté au cinéma, dans lequel un ouvrier se laisse accuser d’un meurtre, le coupable lui ayant promis de donner à son fils une bonne éducation ».
Parmi les autres récits appartenant au genre policier, il faut compter Jean Mornas (1885), L’Accusateur (1895), L’Obsession (Moi et l’autre) (1905-1908), et des nouvelles, « en particulier Catissou et Kadja (publiées avec le roman Jean Mornas) ; mais aussi L’Homme aux mains de cire (1878), dans laquelle le héros, persuadé que l’inconnu qui fait la cour à sa propre fiancée est un vampire, trucide son rival d’un coup de poignard béni dans le cœur ; ou encore, L’impulsion (1912), qui s’intéresse aux mobiles d’un meurtre, en apparence gratuit ».
Jules Claretie donne également de nombreux romans sur les milieux de la bourgeoisie et du pouvoir, tels que Monsieur le Ministre (1881) et Le Million (1882), ou quelques récits dans un registre plus exotiques, comme Le Prince Zilah (1884) qui est adapté à deux reprises au cinéma. Plusieurs de ses romans, dont La Famille des Gueux (écrit avec Ferdinando Petruccelli della Gattina), sont également adaptés pour la scène.
En 1894, il écrit pour Massenet le livret de La Navarraise et celui d’Amadis, tiré d’Amadis de Gaule, roman chevaleresque de Garci Rodríguez de Montalvo, qui n’est créé qu’après la mort des deux artistes, le 1er avril 1922 au Grand Théâtre de Monte Carlo.
Il est élu président de la Société des gens de lettres, puis, en 1882 et 1883, il devient vice-président de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques, avant d’être nommé, de 1885 à 1913, administrateur général de la Comédie-Française, dont il ouvre les portes à des auteurs contemporains, tels que Paul Hervieu, Georges Rodenbach avec Le Voile en 1894, Henry Bataille et Octave Mirbeau, dont il fait jouer Les affaires sont les affaires et, à contrecœur et contraint par une décision de justice, Le Foyer.
Il est élu membre de l’Académie française le 26 janvier 1888.

Oeuvres

Théâtre

  • 1875 : Les Muscadins
  • 1877 : Le Régiment de Champagne
  • 1879 : Les Mirabeau
  • 1880 : Le Beau Solignac avec Charles de la Rounat et William Busnach
  • 1881 : Le Petit Jacques avec William Busnach
  • 1894 : La Navarraise avec Henri Cain
  • 1907 : Deburau ; Thérèse
  • 1908 : Ma générale
  • 1922 : Amadis (opéra légendaire)