ARAGO (Emmanuel)

ARAGO (Emmanuel) 1812-1896

Arago Em.jpg

 

Biographie

Ardent républicain comme son père, François Arago, et ses oncles, Emmanuel Arago est avocat, défenseur notamment Armand Barbès.
Il est nommé Commissaire du Gouvernement provisoire de 1848 du Rhône (préfet) à Lyon en mars 1848. Il démissionne du poste de ministre plénipotentiaire à Berlin lorsque Louis-Napoléon Bonaparte est élu à la Présidence de la République en décembre 1848. Il est député des Pyrénées-Orientales de 1848 à 1851, et siège au sein de la Commission sur l’assistance et la prévoyance publiques présidée par Thiers.
Député de Paris en 1869, il assume dans le gouvernement de la Défense nationale les responsabilités de ministre de la justice, puis celle de ministre de l’intérieur. Membre de l’Assemblée législative de 1871 à 1876, sénateur des Pyrénées-Orientales de 1876 à 1896, il est aussi ambassadeur à Berne de 1880 à 1894.
Élu sénateur inamovible, il en refuse la nomination. Il obtient 27 voix sans être candidat à l’élection présidentielle du 27 juin 1894 qui verra le succès de Casimir-Perier.
Il était franc-maçon, membre du Grand Orient de France.
Son fils, Pierre Jean François Arago, a été député des Alpes-Maritimes sous la Troisième République.

Oeuvres

Théâtre

  • 1832 : Mademoiselle Aïssé avec Marie Aycard
  • 1833 : Un Pont-Neuf avec Marie Aycard
  • 1834 : Un Antécédent avec Marie Aycard
  • 1837 : Un Grand orateur avec Narcisse Fournier