ABKARIAN (Simon)

ABKARIAN (Simon) 1962-..

Abkarian.jpg

 

Biographie

Après une enfance passée au Liban, Simon Abkarian se rend à Los Angeles et y intègre une compagnie théâtrale arménienne dirigée par Gérald Papasian. De retour à Paris en 1985, il suit des cours d’acteurs sous l’enseignement de Robert Cordier. Puis il entre au Théâtre du Soleil d’Ariane Mnouchkine et joue, entre autres, dans L’Histoire terrible mais inachevée de Norodom Sihanouk, roi du Cambodge d’Hélène Cixous et dans les pièces du cycle des Atrides, dont Iphigénie à Aulis d’Euripide ou encore Les Euménides d’Eschyle.
La consécration, au théâtre, vient en 2001 avec Une bête sur la Lune de Richard Kalinoski, dans une mise en scène d’Irina Brook, pièce relatant la vie d’un rescapé du génocide arménien, qui lui vaut le Molière du meilleur comédien1. En 2004, au Festival international du film de Thessalonique 2004, il obtient le prix du meilleur acteur pour Prendre femme, premier volet d’une trilogie de Shlomi et Ronit Elkabetz, avec Les Sept Jours et Gett, le procès de Viviane Amsalem, trilogie dans laquelle il occupe une place importante aux côtés de Ronit Elkabetz.
Ses premiers rôles au cinéma lui sont proposés par Cédric Klapisch, qui l’engage sur les tournages de Ce qui me meut (1989), Poisson rouge (1994) et Chacun cherche son chat (1996). Les deux artistes collaborent à nouveau sur Ni pour, ni contre (bien au contraire) en 2003. Son regard sombre, sa stature et plus généralement tout son physique lui permettent par ailleurs de jouer les mauvais garçons dans J’irai au paradis car l’enfer est ici (1997), les repris de justice dans Dans tes rêves (2005), les caïds dans Les Mauvais Joueurs (2005) et les méchants dans le James Bond de Martin Campbell, Casino Royale (2006).
Prenant fait et cause pour l’Arménie, Simon Abkarian manifeste son soutien à la culture de ce pays dont il est originaire en s’illustrant en 2002 dans Ararat d’Atom Egoyan et en 2005 dans Aram de Robert Kéchichian. Remarqué par Michel Deville, ce dernier lui offre l’un des rôles principaux d’Un monde presque paisible, une comédie dramatique ayant pour cadre un atelier de confection tenu par des rescapés de l’Holocauste dans l’immédiat après-guerre.
Son charisme lui vaut également d’incarner, tour à tour, Mehdi Ben Barka, le célèbre opposant marocain dans J’ai vu tuer Ben Barka en 2005, puis son farouche ennemi le général Oufkir dans L’Affaire Ben Barka en 2007.
En 2007, il joue le personnage de Dariush Bakhshi, un consul iranien, dans plusieurs épisodes de la saison 6 de la série britannique MI-5 (Spooks).
En 2009, il incarne Nadir Zainoun, patron de boite de nuit, dans la série produite par Canal+, Pigalle, la nuit. La série, ainsi que son interprétation reçoivent un très bon accueil critique.

La même année sort L’Armée du crime, film qui retrace le parcours des Francs-tireurs et partisans - Main-d’œuvre immigrée (FTP-MOI), dans lequel il joue le rôle de leur dirigeant Missak Manouchian.
Il interprètera le père de Michel Drucker, Abraham Drucker, réquisitionné par Alois Brunner (le futur chef du Camp de Drancy pendant la Seconde Guerre mondiale).
En 2012, il est également très remarqué pour sa prestation du colonel Ammanulah dans la série Kaboul Kitchen.
En 2020, sa pièce Électre des bas-fonds remporte 3 Molières : Molière du théâtre public, le Molière de l’auteur francophone vivant et le Molière du metteur en scène d’un spectacle de théâtre public.
Il est le mari de Catherine Schaub-Abkarian.

Oeuvres

Théâtre