DE KOCK (Henry)

DE KOCK (Henry) 1819-1892

De Kock.jpg

 

Biographie

Fils de Paul de Kock, on lui doit des feuilletons qui obtinrent un important succès comme La Voleuse d’amour (1863), L’Auberge des treize pendus (1866), Folies de jeunesse (1866), Ni fille, ni femme, ni veuve (1867), La Fille de son père (1869), Mademoiselle ma femme (1868) ou Les Douze travaux d’Ursule (1885).
Son Histoire des célèbres courtisanes, son ouvrage le plus célèbre, traduit en quatre langues, a connu neuf rééditions de 1869 à 2008.
Ses pièces ont été représentées sur les plus grandes scènes parisiennes du XIXe siècle : Théâtre de l’Ambigu-Comique, Théâtre du Vaudeville, Théâtre Beaumarchais, etc.

Oeuvres

Théâtre

  • 1846 : L’Eau et le feu
  • 1849 : La Danse des écus avec Marc Fournier
  • 1850 : Qui se dispute, s’adore avec Charles Potier ; L’Hôtel de Nantes avec Maurice Alhoy ; Les Rubans d’Ivonne avec Lambert-Thiboust
  • 1853 : Le Mauvais gas
  • 1854 : La Vie en rose avec Théodore Barrière ; Le Paradis perdu avec Léon Beauvallet
  • 1855 : L’Histoire de Paris avec Théodore Barrière ; Les Grands siècles avec Théodore Barrière
  • 1857 : Le Panier de pêches avec Philibert Audebrand ; Après la pluie
  • 1859 : Madame Croquemitaine ou les souterrains de la Roche-Noire avec Charles Cabot
  • 1860 : La Maison du Pont Notre-Dame avec Théodore Barrière ; Les Trois amours de Tibulle avec Théodore Barrière
  • 1862 : Le Minotaure
  • 1865 : Le Fils aux deux mères
  • 1867 : La Fée aux amourettes avec Adolphe Guénée
  • Il n’y a plus d’enfants avec Ernest Blum ; Vade au cabaret