ROTROU (Jean de)

ROTROU (Jean de) 1609-1650

 

Biographie

Le plus important, après Corneille, des dramaturges français dans les années qui précèdent 1650. Bien qu’il ait été victime d’une épidémie de fièvre pourprée alors qu’il avait à peine plus de quarante ans, il a écrit une cinquantaine de pièces dont trente-cinq ont été conservées. Cette abondance s’explique sans doute par sa précocité (à vingt ans, il fait jouer sa première pièce, L’Hypocondriaque) et par sa passion pour le théâtre, mais aussi parce que, très tôt, il devient « poète à gages » de l’hôtel de Bourgogne, ce qui le condamne à la fécondité. Les goûts du public, eux, le poussent à la diversité : tragi-comédies fort irrégulières, comédies d’intrigue. En 1632, se ralliant aux conseils des doctes, il écrit une comédie régulière, adaptée de Lope de Vega, Diane, et en 1633 une tragédie tout aussi régulière, très dramatique, tirée de Sénèque, Hercule mourant. Rotrou est alors soutenu par de puissants protecteurs : le comte de Belin, puis Richelieu qui l’invite à entrer dans la Société des cinq auteurs. Celle-ci, sous l’égide du cardinal, produit La Comédie des Tuileries (1635) et une tragi-comédie, L’Aveugle de Smyrne (1638), dont le plan est conçu par Chapelain et dont les cinq actes sont dus à des auteurs différents : Boisrobert, Colletet, Corneille, L’Estoile et Rotrou.

Rotrou retrouve ensuite l’indépendance et obtient une charge importante. Il n’en continue pas moins à produire beaucoup pour le théâtre, en particulier des adaptations en tous genres faites sur les modèles les plus divers : Les Deux Pucelles, d’après Cervantès ; Les Sosies et Les Captifs, d’après Plaute (il avait déjà fait jouer Les Ménechmes) ; une Iphigénie, d’après Euripide ; des comédies inspirées de l’Italie et des tragi-comédies de l’Espagne. Ses plus belles réussites figurent parmi ses dernières pièces, plus originales et plus dépouillées :Le Véritable Saint Genest (1647) qui, représentant la conversion et le martyre du comédien Genest sous Dioclétien, tient à la fois du mystère et de la tragédie et, se jouant sur deux scènes, comporte une pièce à l’intérieur de la pièce ; Venceslas (1648), et une tragi-comédie, Cosroès (1649). S’il est contemporain de Corneille, Rotrou reste un auteur de la vieille école. Son œuvre constitue un témoignage intéressant sur les goûts successifs du public de l’époque, mais aussi un univers qui fascine encore par sa variété et son foisonnement baroques, par ses tensions et ses discordances, en même temps que par cette constante interrogation sur le monde et le héros (et aussi sur le théâtre) qui lui donne sa cohérence profonde : violence de l’action et des passions, puissance de l’imagination, éclat du verbe. Un univers que certains ont qualifié de shakespearien, d’autres de hugolien, et qui serait à redécouvrir ou à représenter.

Oeuvres

Théâtre