SAINT-ALBIN (Albert de)

SAINT-ALBIN (Albert de) 1843-1901

Saint-Albin.jpg

 

Biographie

Il est le fils de Napoléon-Désiré Neyroud-Lagayère, homme de lettres, rédacteur des journaux le Sport, le Journal des Haras, qui a été l’un des premiers à avoir introduit le journalisme sportif en France, de Saint-Albin est un pseudonyme.
Journaliste au Temps, rédacteur en chef du Jockey (1866) et du Figaro (1880), il a été connu comme chroniqueur sportif sous le pseudonyme de Robert Milton et fut un grand promoteur de l’escrime. Il est à l’origine de la fondation de l’hôpital des Jockeys de Chantilly.
Ses pièces ont été représentées sur les plus grandes scènes parisiennes du XIXe siècle : Théâtre des Variétés, Théâtre du Palais-Royal, Théâtre du Vaudeville, Théâtre de la Gaîté etc.
Par ailleurs, Saint-Albin fut un grand collectionneur des toiles d’Eugène Boudin dont il possédait une dizaine de peintures et de Gustave Moreau.

Oeuvres

Théâtre

  • 1875 : Le Manoir de Pictordu (comédie-opérette) avec Arnold Mortier,
  • 1876 : La Belle poule (opéra bouffe) avec Hector Crémieux
  • 1877 : La Foire Saint-Laurent (opéra bouffe) avec Hector Crémieux
  • 1879 : Le Grand Casimir (opérette) avec Jules Prével et Charles Lecocq
  • 1884 : Le Train de plaisir avec Alfred Hennequin et Arnold Mortier
  • 1885 : Mam’zelle Gavroche (comédie-opérette) avec Edmond Gondinet et Ernest Blum ; Monsieur le député
  • 1891 : Monsieur l’abbé ou la belle-mère apprivoisée
  • 1893 : Leurs gigolettes
  • 1895 : Panurge (opéra-comique) avec Robert Planquette et Henri Meilhac
  • 1906 : Le Péril jaune avec Alexandre Bisson