SOLÈS (Benoit)

SOLÈS (Benoit) 1972-..

Soles.jpg

 

Biographie

Né à Agen en 1972, Benoit Solès quitte ses études en hypokhâgne pour suivre les cours de Jean Darnel au théâtre de l’Atelier sur les conseils de Pierre Palmade, de Muriel Robin et d’Annie Gregorio. Né Benoit Etchart, il prend le nom de jeune fille de sa mère comme nom de scène.
Roger Louret le fait débuter dans deux spectacles musicaux primés aux Molières : d’abord La Java des Mémoires, créé au foyer rural de Monclar en 1991 puis produit à Bordeaux et Paris en 1992, puis Les Années Twist en 1995. Jean-Luc Tardieu le rencontre à Nantes et lui offre des rôles aux côtés de Madeleine Robinson dans La Folle de Chaillot et de Michel Blanc dans Le Marchand de Venise.
En 1995, il débute à la télévision dans la série Le Juste (avec Claude Brasseur) et tourne dans de nombreuses séries télévisées, comme L’École des Passions écrite par Xavier Florent puis Les Vacances de l’amour ou plus tard Plus belle la vie en 2011.
Au théâtre, à la fin des années 1990, il rencontre Thierry Harcourt et Emmanuel Dechartre, directeur du Théâtre 14 où il jouera sept spectacles : Outrages aux mœurs, Le Talentueux monsieur Ripley puis La Journée des Dupes de Jacques Rampal, mis en scène par Yves Pignot où il interprète Louis XIII.
En 2011, il écrit Appelez-moi Tennessee, jouée au Théâtre des Mathurins, où il interprète Tennesse Williams. Il joue ensuite dans Bash avec Sarah Biasini, puis interprète Cyrano de Bergerac, mis en scène par Henri Lazarini. Avec Rupture à Domicile en 2015, il fait la rencontre de l’auteur et metteur en scène Tristan Petitgirard, qui signera également la mise en scène de La Machine de Turing en 2018.
Alors qu’il travaille sur l’écriture de La Métamorphose des Amants, une pièce dont le titre est inspiré du tableau éponyme d’André Masson, il s’intéresse à la symbolique de la pomme et découvre le destin tragique d’Alan Turing. Il écrit en 2017 La Machine de Turing qui sera repris au Théâtre Michel (Paris) après son triomphe au Festival Off d’Avignon 2018. Il y met en évidence l’homosexualité du mathématicien condamné après-guerre et réhabilité par la grâce d’Élisabeth II en 2013.
Pour La Machine de Turing, il reçoit le prix théâtre de la fondation Charles Oulmont, l’Étoile du journal Le Parisien de la meilleure pièce de théâtre de l’année 2018 et quatre prix lors de la cérémonie des Molières 2019 : Molière du meilleur auteur francophone vivant, Molière du meilleur comédien dans un spectacle de théâtre privé, Molière du Théâtre privé, Molière du metteur en scène d’un spectacle de théâtre privé pour Tristan Petitgirard.

Oeuvres

Théâtre