VILLIERS (Pierre)

VILLIERS (Pierre) 1760-1849

Dramaturge.jpg

 

Biographie

Capitaine de dragons, auteur de comédies, de drames et de pièces de vers, il édite également des journaux : Les Rapsodistes au salon, ou les Tableaux en vaudevilles (1795-1796), où il fait la critique du Salon, Rapsodies du jour, ou Séances des deux conseils en vaudevilles (1796-1800), Le Chant du coq, ou le Nouveau Réveil du peupleLe Chiffonnier, ou le Panier aux épigrammes (qui fait suite aux Rapsodies), La Lyre d'Anacréon (1810-1811) et La Macédoine à la Rumfort, journal de littérature et de bienfaisance.
En 1790, selon son propre témoignage, paru dans les Souvenirs d'un déporté, recueil d'anecdotes publié en 1802, il sert, pendant sept mois, de secrétaire à Maximilien de Robespierre, alors installé rue de Saintonge, dans le Marais, recopiant plusieurs de ses discours et réglant ses dépenses, voire cohabite avec lui, si l'on en croit les Mémoires de Charlotte de Robespierre.
Royaliste, il est blessé le 10 août 1792 en défendant le palais des Tuileries. De même, à la suite du coup d'État du 18 fructidor an V, il est condamné à la déportation, mais il échappe à la proscription.
Reparaissant en public après le coup d'État du 18 brumaire, il se consacre aux travaux littéraires.

Oeuvres

Théâtre