VICAIRE (Gabriel)


VICAIRE (Gabriel) 1848-1900

Vicaire.jpg

 

Biographie

Gabriel Vicaire est le fils d’Alphonse Vicaire, receveur de l’administration et des domaines, et d’Élisa Pitet. Il est d’origine bugiste par ses aïeux Vicaire et Sirand, bressane aussi par son ascendance maternelle implantée à Pont-de-Veyle, Tournus et Saint-Trivier-de-Courtes, qu’il évoque, n’ayant pas encore 14 ans dans sa plus ancienne poésie connue avec ce refrain :
Chantez, chantez sous cet ombrage,
Petits oiseaux de Saint-Trivier,
Chantez car votre doux ramage
Dans mon cœur a su pénétrer.
Il fait ses études au lycée de Bourg-en-Bresse, de 1860 à 1864, puis obtient son baccalauréat à Lyon en 1865 et est bachelier en droit en 1868. Il publia des poèmes à partir de 1868, dans diverses revues.
Il est très proche de son cousin Georges Vicaire, qui a perdu son père en 1865, à l’âge de 11 ans. Gabriel Vicaire perd aussi ses parents assez jeune : il a 23 ans au décès de sa mère le 24 mars 1871 et 26 ans au décès de son père le 3 octobre 1874. Avec son cousin Georges Vicaire, il hante les « Éclectiques », les « Hydropathes », « La Mère L’Oye ». Dans les salons et les ateliers, ils s’attirent l’amitié de nombreux poètes, écrivains et artistes.
Son recueil Émaux Bressans, paru en 1884, où il chante son amour de son pays, connaît un grand succès. En 1889, le jury de l’Exposition prime sa cantate Quatre-vingt-neuf. En 1890 et en 1898, l’Académie française lui décerne son prix Archon-Despérouses. En 1892, il est fait chevalier de la Légion d’honneur pour ses « travaux très distingués ».
L’« exquise clarté » de ses vers est très appréciée des compositeurs de musique dont plus d’une centaine les ont choisis pour écrire leurs mélodies, duos, quatuors ou chœurs, notamment Büsser, Cuvillier, Jaques-Dalcroze, Reynaldo Hahn, Charles-Gaston Levadé, Moret, Paladilhe, Tiersot, Vidal, Widor…

Oeuvres

Théâtre

  • 1890 : Fleurs d’avril avec Jules Truffier
  • 1895 : La Farce du mari refondu avec Jules Truffier