VEBER (Pierre)

VEBER (Pierre) 1869-1942

 

Biographie

Il était le frère du peintre Jean Veber, le beau-frère de René Doumic qui avait épousé sa sœur Louise, et le beau-frère de Tristan Bernard, dont il avait épousé la sœur. Sa famille était vaste, comme il le fait remarquer lui-même dans la préface de X... Roman impromptu : « Si soixante-dix villes se disputent l’honneur de m’avoir donné le jour, ce n’est pas parce que je suis dix fois plus célèbre qu’Homère, mais seulement parce que le nom que je porte est assez répandu ». À cette époque, on trouve plusieurs écrivains ou scénaristes portant ce patronyme, dont Jean-Pierre Veber et Serge Veber, avec lesquels Pierre travailla parfois.
Pierre Veber est par ailleurs le père de Pierre-Gilles Veber et de Serge Veber, le grand-père de Francis Veber et l’arrière-grand-père de Sophie Audouin-Mamikonian.
On connaît peu de choses de sa jeunesse. Il précise lui-même : « J’ai fait d’assez médiocres études, mais je n’en tire aucune vanité ». En 1889, il collabore déjà au Gil Blas, puisque Antoine indique dans son journal, à la date du 25 novembre 1889 : « Ce soir, rue Blanche, nous avons la visite de deux nouveaux venus, Tristan Bernard et Pierre Veber [sic], deux jeunes journalistes de beaucoup d’esprit qui crayonnent, chaque semaine, au Gil Blas, une revue d’actualités illustrée par Jean Veber, le Chasseur de chevelures, d’un brio étincelant ». En 1892, Pierre Veber collabore à la revue Le Chasseur de chevelures, dirigé par Tristan Bernard. Ce journal humoristique n’eut que deux numéros en 1892, et en 1893, Pierre Veber apparaît comme corédacteur dans la mention : « Tristan Bernard, rédacteur intègre, Pierre Veber, rédacteur vénal ».
Pierre Veber a été un auteur prolifique, produisant en quarante ans de carrière une centaine de comédies burlesques, de vaudevilles et de livrets d’opérette, et près d’une cinquantaine de romans, de recueils de nouvelles et de contes humoristiques et ironiques. Près de la moitié de ses pièces ont été écrites en collaboration avec un ou deux autres auteurs, à qui il apportait son élégance et sa grande facilité d’écriture, qu’il avouait avec humour dans la préface de son Théâtre incomplet : « Le Théâtre est, pour un écrivain, une distraction charmante, qui le dispense d’écrire ; on écoute des guignols intérieurs, qui divaguent, on note leurs propos, on imagine leurs gestes. Et cela fait des pièces. »
Sa collaboration fréquente avec Maurice Hennequin, en particulier, a permis de contrebalancer un peu le duo de Flers et Caillavet qui faisait fureur à l’époque dans les théâtres. Mais il a prêté la main, pour le théâtre, à bien d’autres écrivains, comme Alfred Capus, Georges Courteline et Léon Xanrof. Son activité d’auteur dramatique s’est poursuivie presque jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, alors qu’il approchait des soixante-dix ans.
Il a écrit aussi des romans en collaboration, ce qui est moins fréquent que pour le théâtre. C’est lui, paraît-il, qui eut, en 1895, l’idée de X... roman impromptu : un roman « sans plan préconçu, sans sujet arrêté » écrit à dix mains, par Georges Courteline, Jules Renard, George Auriol, Tristan Bernard et lui-même. Chaque auteur, dans un ordre déterminé par le hasard, écrivait un chapitre, en repartant, en théorie, de la fin du chapitre précédent. La plus grande liberté d’imagination était laissée à chaque auteur, les seules contraintes étant que le héros X ne meure pas et que les autres personnages ne changent pas de sexe. Paru tout d’abord en feuilleton dans le Gil Blas du 4 avril 1895 au 21 mai 1895, ce « roman steeple-chase » ou "roman choral", rebaptisé « roman impromptu », fut plusieurs fois édité par Flammarion. Pierre Veber a également écrit des nouvelles en collaboration avec Willy.
Certaines de ses pièces connurent de grands succès, certaines même de véritables triomphes, comme Le Monsieur de cinq heures avec 568 représentations, ce qui était considérable à l’époque. Quelques-unes furent adaptées plus tard au cinéma, Veber étant alors crédité de « scénariste » ou de « coscénariste ». D’autres pièces furent traduites en anglais et jouées à Londres et à New York. Il a écrit sous le nom de plume de « Bill Sharp ».

 

Œuvres

Théâtre

  • 1897 : Dix ans après avec Lucien Muhlfeld
  • 1898 : Lagourdette ; Julien n’est pas un ingrat ; M. et Mme Lhomme
  • 1899 : L’Ami de la maison ; Que Suzanne n’en sache rien ! ; L’Affaire Champignon avec Georges Courteline ; L’Élu des femmes avec Victor de Cottens
  • 1900 : Un bain qui chauffe ; Blancheton père et fils avec Georges Courteline ; Main gauche ; Mademoiselle George (opérette) avec Victor de Cottens
  • 1901 : La Dame du commissaire ; Ma fée avec Maurice Soulié ; La Mariotte avec Maurice Soulié
  • 1902 : Loute
  • 1904 : Son pied quelque part
  • 1905 : L’Amourette ; Chambre à part ; Florette et Patapon avec Maurice Hennequin ; Gonzague
  • 1906 : L’Extra ; Vous n’avez rien à déclarer ? avec Maurice Hennequin ; En douceur avec Léon Xanrof
  • 1907 : Le Maître à aimer avec Hugues Delorme ; Vingt jours à l’ombre avec Maurice Hennequin ; Le Prince de Pilsen (opérette américaine) avec Victor de Cottens ; Le Mouton avec Marcel Gerbidon
  • 1908 : Qui perd gagne avec Alfred Capus ; Monsieur Mésian
  • 1909 : Une grosse affaire avec Maurice Hennequin ; Les Grands avec Serge Basset ; M. Trulle et le vicomte ; La Vierge du forum avec Guillaume Wolff ; L’Écu
  • 1910 : Noblesse oblige !  avec Maurice Hennequin ; Tais-toi, mon cœur ! avec Maurice Hennequin
  • 1911 : La Femme et les pantins ; La Gamine avec Henry de Gorsse ; Le soldat de chocolat (opérette) en trois actes et quatre tableaux, de Rudolf Bernauer et Leopold Jacobson, d’après Bernard Shaw Arms and the man ; Les Petites Étoiles (opérette) avec Léon Xanrof
  • 1912 : En garde ! avec Alfred Capus ; La Présidente avec Maurice Hennequin ; Une loge pour Faust ; Le Grand Nom ; Les Bonnes Relations avec Claude Roland
  • 1913 : Le Bonheur ; Un fils d’Amérique avec Marcel Gerbidon
  • 1914 : L’Essayeuse ; Manœuvres d’automne (opérette)
  • 1916 : Le Poilu (comédie-opérette) ; La Charmante Rosalie ou le mariage par procuration (comédie musicale) ; Madame et son filleul avec Maurice Hennequin et Henry de Gorsse ; Une femme, six hommes et un singe avec Yves Mirande ; Un Baiser sur le front
  • 1917 : Chichi avec de Gorsse ; Un réveillon au Père-Lachaise avec de Gorsse
  • 1917-1918 : Le Service de la du Barry
  • 1919 : La Dernière Grisette ; L’Âme de l’ennemi
  • 1920 : Et moi, j’te dis qu’elle t’a fait d’l’œil avec Maurice Hennequin ; Huguette au volant avec Jules Chancel ; Une riche affaire avec Pierre Montrel
  • 1922 : La Seconde Nuit de noces, avec Bilhaud et Maurice Hennequin
  • 1924 : Un péché de jeunesse ; Le Monsieur de cinq heures avec Maurice Hennequin
  • 1925 : Quand on est trois (opérette) avec Serge Veber ; La Bayadère (opérette) ; Sous les étoiles (Monsieur Beaucaire) (opérette)
  • 1926 : Divin mensonge (opérette) ; Le Système D ou Dodoche et Lulu avec Henri de Gorsse et Marcel Guillemaud
  • 1927 : La Ménagère apprivoisée ; On ne roule pas Antoinette avec Maurice Hennequin
  • 1928 : En bordée avec André Heuzé
  • 1929 : L’Avant de ces dames avec André Heuzé ; La Femme au chat avec Henry de Gorsse
  • 1931 : Sans tambour ni trompette (opérette) ; Gonzague (opéra bouffe)
  • 1936 : L’Uranius Antonin ou Une pièce unique
  • 1940 : Ma Dame est avec moi
  • On lit dans le « Forban » ; La danse à la mode ; Le Fiancé ; Paroles en l’air avec Léon Abric ; Épous’la  (opérette)

Adaptations anglaises à Broadway

  • 1905 : Brother Jacques
  • 1908 : Twenty Days in the Shade
  • 1909 : The Girl from Rector’s
  • 1911 : The Runaway
  • 1914 : Madam President
  • 1925 : A Kiss in a Taxi
  • 1927 : Oh, Please (revue musicale)
  • 1928 : Sunny Days (comédie musicale)

Romans et nouvelles

  • 1894 : Les enfants s’amusent (recueil de nouvelles) ; Vous m’en direz tant ! avec Tristan Bernard ; Une passade, avec Willy
  • 1895 : Une vie de Bill Sharp, suivi de Dans les coins ; Les Veber’s (texte satirique) ; L’innocente du logis (recueil de contes humoristiques) ; X... Roman impromptu, avec Georges Courteline, Jules Renard, George Auriol et Tristan Bernard
  • 1896 : Chez les snobs (roman)
  • 1898 : L’Aventure
  • 1899 : Les Couches profondes (roman)
  • 1900 : Amour, amour... (roman)
  • 1907 : L’École des ministres
  • 1908 : Les Belles Histoires
  • 1912 : Les Rentrées
  • 1914 : Tite et Bérénice
  • 1919 : Mademoiselle Fanny ; Vie des personnages obscurs ; L’Homme qui vendit son âme au diable, suivi de La Gloire de madame Lambrun
  • 1921 : Une aventure de la Pompadour (roman) ; Archytas-roi suivi de La Jolie madame Livran
  • 1924 : Pensées d’un mercanti ; La Seconde vie de Napoléon Ier (roman)
  • 1925 : Antoine ou l’Ingénu malgré lui
  • 1930 : Samson
  • 1931 : Tout mais pas ça ! (roman) ; L’Œuvre lithographique de Jean Veber avec Louis Lacroix
  • 1933 : Bébé-Rose (roman gai)
  • 1934 : Une heure d’amour ; La Main dans le sac
  • 1935 : Kerbiniou (roman)
  • 1936 : La Chair est faible (roman gai)
  • 1938 : Une nuit dans la montagne (roman)
  • 1950 : Une fichue mission avec Maurice Hennequin
  • Dans un fauteuil ; Les Tard-venus (roman moderne)

Scénarios de film

  • 1919 : Madame et son filleul adapté de la pièce de Veber et Hennequin
  • 1925 : Un fils d’Amérique adapté de la pièce de Veber et Marcel Gerbidon
  • 1926 : Les Grands adapté de la pièce du même nom de Veber et Basset
  • 1935 : Et moi, j’te dis qu’elle t’a fait d’l’œil
  • 1936 : Les Grands, adapté de la pièce du même nom de Veber et Basset
  • 1937 : Vous n’avez rien à déclarer ?
  • 1938 : Le Monsieur de cinq heures