ANDRIEUX (François-Guillaume-Jean-Stanislas, François)


ANDRIEUX (François-Guillaume-Jean-Stanislas, François) 1759-1833

Andrieux.jpg

 

Biographie

Il fut membre du Conseil des Cinq-Cents et du Tribunat. Il fut magistrat et a écrit des contes en vers ; comme poète comique, son chef-d’œuvre est Les Étourdis. Ami de Collin d’Harleville, il lui dut sa nomination à l’Institut dans la section de grammaire en 1795 ; il fut secrétaire de la troisième classe, puis président, il lut une poésie à la séance inaugurale de l’Institut. À l’organisation de 1803, il fut nommé dans la deuxième classe et occupa le fauteuil de Malesherbes ; il y fut maintenu à la réorganisation de 1816. Il fit partie de la Commission du Dictionnaire à la mort de Morellet et fut nommé secrétaire perpétuel le 22 janvier 1829, en remplacement d’Auger. Il fut de ceux qui opposèrent la plus vive résistance à l’école romantique ; il combattit Lamartine et voulu susciter contre sa candidature celle du duc de Bassano, exclu en 1816, qui refusa. Andrieux fut professeur de littérature au Collège de France ; en 1829, il soutint la proposition de Charles Lacretelle ; il fit partie du groupe du « Déjeuner de la Fourchette ».

Oeuvres

Théâtre

  • 1782 : Anaximandre ou le sacrifice aux Grâces
  • 1787 : Les Étourdis ou le mort supposé
  • 1790 : Louis IX en Égypte (opéra) avec Nicolas-François Guillard
  • 1794 : L’Enfance de Jean-Jacques Rousseau
  • 1802 : Helvétius ou la vengeance d’un sage
  • 1804 : Le Trésor ; Molière avec ses amis ou la soirée d’Auteuil
  • 1808 : La Suite du Menteur
  • 1810 : Le Vieux fat ou les deux vieillards
  • 1816 : Quelques scènes impromptu ou la matinée du jour de l’an ; La Comédienne
  • 1818 : La Jeune Créole
  • 1826 : Le Rêve du mari ou le manteau
  • 1830 : Lucius Junius Brutus