CAIGNIEZ (Louis-Charles)

CAIGNIEZ (Louis-Charles) 1762-1842

Dramaturge.jpg

 

Biographie

Après avoir obtenu une licence en droit à l’École de droit de Douai, Louis-Charles Caigniez devient avocat au Conseil d’Artois. Les institutions judiciaires de l’Ancien régime ayant été abrogées sous la Révolution, il profite de la réforme de la Justice pour quitter le barreau et se lancer dans une carrière théâtrale qui le tentait depuis des années. Sa première pièce connue La Forêt enchantée ou la belle au Bois-dormant, un mélodrame en trois actes, est représentée en mai 1800 sur la scène du théâtre de la Gaîté.
Doué d’un véritable talent pour la scène, Caigniez rivalisa sur les théâtres du boulevard avec Guilbert de Pixérécourt et fut surnommé « le Racine du mélodrame », dont Pixérécourt était appelé le Corneille.
Caigniez avait assez de goût littéraire pour réussir dans des œuvres plus délicates. Son Volage, comédie en trois actes, qui fut représentée en 1807 au théâtre Louvois et sa Méprise en diligence, autre comédie en trois actes, qui fut jouée au théâtre Favart en 1819, se distinguent par des situations originales et comiques.
Les principaux succès de cet auteur dans le mélodrame sont : le Jugement de Salomon (1802) et la Pie voleuse, ou la Servante de Palaiseau (1815). Ces deux pièces furent représentées longtemps avec la même vogue, tant à Paris que dans les villes de la province et de l’étranger ; Rossini composa un opéra sur la seconde. On cite encore parmi les ouvrages de Caigniez : les Amants en poste (1804) ; Androclès, ou le Lion reconnaissant (1804) ; la Forêt d’Hermanstadt (1805) ; les Enfants du bûcheron (1809) ; la Fille adoptive, ou les deux mères rivales (1810) ; le Juif-Errant (1812) ; la Morte vivante (1813) ; Jean de Calais (1815) ; les Corbeaux accusateurs (1817) ; Ugolin, ou la Tour de la Faim (1821) ; la Belle au bois dormant (1822), etc.

Oeuvres

Théâtre

  • 1800 : La Forêt enchantée ou la Belle au Bois-dormant
  • 1801 : Nourjahad et Chérédin ou l’immortalité à l’épreuve
  • 1802 : Le Jugement de Salomon
  • 1804 : Les Amants en poste ou la magicienne supposée ; Androclès ou le lion reconnaissant avec Débotières
  • 1805 : Richardet et Bradamante ou les fils Aymon ; L’Hermite du Mont-Pausilippe ; Le Triomphe de David ; La Forêt d’Hermanstadt ou la fausse époque
  • 1806 : La Fille de la nature ou Louise et Valborn ; L’Illustre aveugle
  • 1807 : Le Faux Alexis ou le mariage par vengeance ; Le Volage ou le mariage difficile ; 1807 : Les Souvenirs des premières amours
  • 1808 : La Belle-mère et les deux orphelines avec Fontenay
  • 1809 : Les Enfants du bûcheron avec Henri Lemaire
  • 1810 : Jean de Calais ; La Fille adoptive ou les deux mères rivales ; Henriette et Adhémar ou la bataille de Fontenoy avec Bernhard
  • 1811 : Edgar ou la chasse aux loups
  • 1812 : Le Juif errant
  • 1813 : La Folle de Wolfenstein ; La Morte vivante ; L’Enfant et l’amour
  • 1814 : L’Enfant venu par la fenêtre
  • 1815 : La Pie voleuse ou la servante de Palaiseau avec Théodore Baudouin d’Aubigny
  • 1816 : Imposture et vérité avec Ludwig Franz Benedict Von Bilderbeck ; La Petite bohémienne ; Les Corbeaux accusateurs ou la forêt de Cercottes avec Servant
  • 1818 : Azendaï ou le nécessaire et le superflu
  • 1819 : La Méprise de diligence
  • 1820 : Ugolin ou la tour de la faim avec Pierre Villiers
  • 1821 : Le Mandarin Hoang-Pouf ou l’horoscope avec Ludwig Franz Benedict Von Bilderbeck ; André ou la maison des bois ; Rosalba d’Arandès avec Pierre Villiers