JOUFFROY (Achille, marquis de)

JOUFFROY (Achille, marquis de) 1785-1859

Jouffroy.jpg

 

Biographie

Le comte Achille de Jouffroy, collaborateur dévoué de son père, continua ses travaux sur les bateaux à vapeur. Pendant l’émigration Achille avait reçu en Suisse, à Fribourg une solide instruction littéraire et artistique. Auteur de nombreuses pièces de théâtre, de satires, il se passionna également pour le journalisme. Mais son père en l’initiant aux travaux manuels, lui avait donné le goût de la mécanique et les tâches auxquelles Achille donna le meilleur de lui-même se rapportaient aux mines, à l’industrie, aux arts mécaniques. Il ne cessa d’avoir les yeux fixés sur l’œuvre de son père et de chercher les solutions les plus convenables pour la solution de l’important problème de la navigation à vapeur. Au cours des années 1838-40-43 et 46, l’Académie des Sciences lui décerna des encouragements pour ses études en vue du perfectionnement des bateaux à vapeur et des chemins de fer. Il fît une belle carrière dans le journalisme : rédacteur du Drapeau Blanc et du Conservateur de 1815 à 1817 puis directeur de l’Étoile de 1816 à 1823.Pendant vingt ans il écrivit dans l’hebdomadaire l’Observateur, publication concernant la marine et les colonies. Achille de Jouffroy épousa en 1824 Mlle de Gestas, comtesse en Bavière et la même année, il alla s’installer prés de Nantes et de la Janatière proche de l’abbaye de la Meilleraie, une usine métallurgique. Ses hauts-fourneaux à coke et à soufflerie à vapeur produisaient une fonte d’excellente qualité. Mais, peu doué de sens pratique, il abandonna la direction de l’usine à un gérant anglais qui dilapida les fonds. L’usine fut vendue à vil prix.

Oeuvres

Théâtre

  • 1820 : Le Vampire avec Pierre Carmouche et Charles Nodier