L’Homme habile (VIOLET D’ÉPAGNY)

Comédie en cinq actes et en vers.

Représentée pour la première fois, à Paris, sur le Théâtre Français de l’Odéon, le 17 janvier 1824.

 

Personnages

 

LE BARON DE FRENEUIL, chef d’une administration dans un ministère, 50 ans : les manières franches et nobles, caractère élevé ; une gaîté un peu caustique ; costume de ville simple, cheveux gris ; décoré

HIPPOLYTE, fils du baron, sensible, exalté, généreux ; un peu de l’étourderie de son âge ;  22 ans ; Frac à la mode, pantalon, bottes, et, depuis le deuxième acte jusqu’à la fin, redingote

LA COMTESSE DE VALDAUX, 60 ans : manières distinguées, un peu de hauteur ; son cœur est bon, mais elle est gouvernée par ses anciens souvenirs et ses préjugés ; costume élégant et riche, tenant de la mode actuelle et de celle de la fin du règne de Louis XVI ; cheveux poudrés, un bonnet paré

JULIE, héritière et petite-fille de la comtesse, 15 ans ; l’étourderie de la jeunesse ; elle aime son cousin Hippolyte ; sa mise simple est celle d’une jeune demoiselle de son rang qui habite la campagne ; au quatrième acte, elle est plus parée : robe élégante, fleurs dans les cheveux

DERNEVILLE, 34  ans ; c’est l’homme qui veut parvenir à tout prix ; costume de ville à la mode en noir élégant mais sévère ; bottes sous le pantalon

DURAND, secrétaire de Derneville ; honnête homme, pauvre, instruit, modeste, capable d’énergie ; 32 ans ; vêtement simple et propre, mais qui semble annoncer un peu de gêne ; coiffure à la Titus, plate

MADAME DURAND, femme de Durand, gouvernante de Julie, et dirigeant le service du château ; 25 ans, un peu coquette ; toilette élégante sans luxe

LE COMTE D’ERTHAL, vieillard estimable ; le ton et les manières d’un homme de qualité ; 60 ans ; au premier acte, costume de voyage ; au cinquième, demi-costume de cour, en noir, épée, boucles aux souliers ; cheveux blancs ; décoré

RAYMOND, jeune employé subalterne des bureaux du baron de Freneuil ; 21 ans ; frac simple, bottes sous le pantalon

GERVAIS, jardinier du château ; 30 ans ; c’est une espèce de niais, mais qui voit très clair dans ses intérêts ; vêtement de paysan, pantalon en coutil, guêtres, etc.

 

La scène est à deux lieues de Paris, au château de la comtesse de Valdaux.

PDF