Folammbô (LAURENCIN - CLAIRVILLE)

Pièce en quatre tableaux... de mœurs... carthaginoises en vers de plusieurs pieds, même plusieurs toises, émaillée de couplets, comme les vers boiteux, avec prologue en prose et d’un français douteux.

Représentée pour la première fois, à Paris, sur le Théâtre du Palais-Royal, le 1er mai 1863.

 

Personnages Carthaginois

 

FOLAMMBÔ, jeune personne de grande famille, adorant Tanit (Tanit c’est la lune et Nazô

NAZÔ, jeune Libyen, victime de la pêche à la ligne et d’un physique trop avantageux

LORD HAVAS, roi des Numides, personnage très traître, mais gentil tout de même

SHAHABAHIM, grand prêtre de la lune, signe particulier : homme singulier

AHNON, hideux de physique, mais beau de caractère[1]

CHIPPIUS, ami de Nazô, esclave grec de naissance et de profession

CARTHAGINOIS

NUMIDES

LYBIENS

BALÉARES

GAULOIS

SAMNITES

UNE FOULE D’AUTRES

 

Personnages non Carthaginois

 

UN GROS MONSIEUR

UN MONSIEUR SEC

UNE DAME, tenant à Folammbô de très près, quoique s’en trouvant séparée de très loin

UNE JEUNE DAME très ingénue

ALFRED, son mari

 

La scène se passe à Carthage et dans la salle du Palais-Royal, à Paris.

 

[1] Dans l’intérêt des spectateurs, les auteurs ont cru devoir dissimuler les cocasseries personnelles de ce personnage ; il ne sera pas plus vilain que les autres.

PDF