Le Principal témoin (Georges COURTELINE)

Tragédie en vers mêlée de prose.

Représentée pour la première fois, en 1904.

 

Personnages

 

LE COMBATTANT GRENOUILLOT

LE PRINCIPAL TÉMOIN

 

 

Une  clairière  dans  la  forêt  de  Saint-Germain.

Comme  horizon :  une  ceinture  d’immobiles  futaies  qu’a  dorées  l’automne  de  tons  de  rouille.

Comme  plafond :  un  lourd  ciel  pommelé  où  rampent  des  chaos  de  montagnes  aux  crêtes  argentées  de  blanc  pur.

À  une  centaine  de  pas  l’un  de  l’autre,  affectant  de  ne  se  pas  voir,  deux  messieurs  aux  visages  graves  arpentent  fiévreusement  le  terrain.  Ils  sont  vêtus  de  noir  des  pieds  à  la  tête,  et,  des  collets  dressés  de  leurs  redingotes,  ils  dissimulent  leurs  faux-cols  dont  la  blancheur  risquerait  de  s’offrir  comme  une  cible  au  visé  de  l’adversaire.

À  égale  distance  de  chacun  d’eux : le  groupe  des  témoins.  Le  directeur  du  combat  –  un  grand  monsieur  à  longue  barbe,  de  qui  les  mouvements  de  tête  balancent  la  colonne  lumineuse  d’un  irréprochable  chapeau  de  soie  –  bourre  méthodiquement  un  pistolet  en  tenant  à  ses  assesseurs  des  discours  fort  intéressants  sans  doute,  mais  qui  s’évaporent  dans  le  vent  et  dont  les  deux  adversaires  tâcheraient  en  vain  de  pénétrer  le  sens.

LE  COMBATTANT  GRENOUILLOT,  qui  cause  tout  seul  en  attendant  le  moment  de  passer  à  de  plus  périlleux  exercices.

Le  ciel  d’octobre  est  gris  et  la  forêt  est  rousse ;

L’automne  se  repaît  de  décès.  –  J’ai  la  frousse,

Et  l’angoisse  en  sueur  glace  mon  front.

Un  temps.

Pourquoi

Diable  ai-je  été  cocufier  cet  iroquoi ?

S’il  m’allait,  de  son  plomb  lancé  d’une  main  sûre...

Dieux  immortels,  veillez !

Lyrique.

Et  quant  à  toi,  Luxure,

Fruit  de  l’arbre  du  mal  au  jardin  de  Satan,

Sois  maudite !  Ôte-toi  de  mon  chemin !  Va-t’en !

École  du  péché  qui  nous  as  pour  élèves,

Toi  qui  nous  mets  au  cœur  le  fiel,  aux  mains  les  glaives,

Toi  qui  plombes  les  teints  et  cernes  les  yeux  creux

Et  qui  fait  s’éplumer  les  pauvres  coqs  entre  eux,

Fuis,  te  dis-je !  Hâte-toi  vers  un  autre  rivage !

De  mon  cœur,  où  la  peur  exerce  son  ravage,

Fous  le  camp !

Longue  et  mélancolique  rêverie.

Échanger  six  balles !...  À  vingt  pas !!!

Brusque  agacement.

Ah !  çà,  ce  principal  témoin  n’en  finit  pas !

Et  le  fait  est  qu’il  n’en  finit  pas,  ce  témoin.  Terriblement  lent  au  gré  du  combattant  Grenouillot,  lequel,  les  nerfs  sous  pression,  donnerait  gros  pour  que  l’honneur  fût  enfin  proclamé  satisfait,  il  s’obstine,  depuis  dix  minutes,  à  bourrer,  d’une  même  baguette,  le  canon  d’un  même  pistolet.  Pourquoi ?  On  n’en  sait  rien.

LE  COMBATTANT  GRENOUILLOT.

C’est  exaspérant !

Un  temps.

Continuation  du  jeu  de  scène  du  principal  témoin.

Soudain.

LE  COMBATTANT  GRENOUILLOT,  en  proie  au  déchaînement  des  tardifs  repentirs.

Non,  mais  quel  besoin  avais-je

De  goûter  ce  bonbon  au  goudron  de  Norvège ?

Ce  noir  pruneau ?  Ce  sec  hareng-saur  dont  la  peau

Flasque,  se  ride  et  tremble  au  vent  comme  un  drapeau ?...

Quoi ?  j’ai  pu,  de  ce  monstre  enjuponné  qu’adorne

Le  semblant  d’à-peu-près  d’un  vague  fessier  morne

Et  de  qui  le  corset  fermé  sur  des  manquants

Évoque  les  murs  nus  des  logements  vacants,

Envolupter  les  yeux  énormes  de  daurade ?...

Hélas,  oui !...  C’était  la  femme  d’un  camarade ;

Par  conséquent  l’attrait  d’un  plaisir  interdit...

L’homme  n’est  qu’un  fourneau ;  c’est  Pascal  qui  l’a  dit.

Né  pour  suivre  tout  droit  et  simplement  la  file

Des  matins  et  des  soirs  que  la  Parque  lui  file,

En  cueillant  au  hasard  de  la  main  les  fruits  mûrs

Dont  l’été  fait  danser  les  ombres  sur  les  murs,

Il  lui  faut  le  fumet  des  voluptés  fraudées

Et  des  lapins  tirés  sur  des  chasses  gardées !...

Il  hausse  l’épaule,  écœuré  à  l’envisagé  de  la  perversité  humaine.

Cependant,  à  vingt  pas  de  là,  le  principal  témoin  bourre  toujours  son  même  pistolet,  en  sorte  que  c’est  vraiment  à  en  devenir  enragé.  De  temps  en  temps  seulement,  le  poing  droit  immobilisé  sur  le  canon  de  l’arme  où  la  baguette  demeure  plongée,  il  interrompt  l’allée  et  venue  automatique  de  sa  dextre  pour  questionner  les  autres  témoins,  tournant  tour  à  tour  vers  chacun  de  ces  messieurs  son  visage  ruisselant  du  désir  de  convaincre ;  puis,  visiblement  satisfait  d’avoir  en  effet  convaincu,  il  reprend  le  cours  de  son  petit  exercice.

LE  COMBATTANT  GRENOUILLOT,  les  dents  serrées  sur  des  fureurs  qui  se  contiennent.

Paquet !...

Nouveau  temps.

Le  principal  témoin  continue  à  bourrer  son  arme.

LE  COMBATTANT  GRENOUILLOT,  qui  reprend  le  fil  de  son  discours.

Et  ça  finit  toujours,  bien  entendu,

Par  le  retour  fâcheux  autant  qu’inattendu

Du  mari,  qu’on  croyait  bien  loin.  Sur  quoi,  la  turne

Conjugale  s’emplit  de  vacarme  nocturne :

Cris  de  moutard  à  l’eau  froide  débarbouillé ;

Coups,  qui  ne  partent  pas,  d’un  revolver  rouillé ;

Le  plafond  qui  s’effrite  en  débris  de  coquille

Sur  le  satin  piqué  du  couvre-pieds  jonquille ;

Et  le  sursaut  des  murs  sous  des  coups  de  bélier !

Et  la  vieille  qui  gueule : « Au  feu ! »  dans  l’escalier !

Enfin,  tout  le  scandale  affreux  de  l’adultère

Grondant  comme  le  flanc  tourmenté  d’un  cratère !...

Puis,  c’est  le  châtiment,  malfaiteur  embusqué

Derrière  l’aléa  d’un  pistolet  braqué ;

Les  coups  de  feu  sonnent  dans  l’air  comme  des  claques,

L’herbe  verte,  soudain  rougeoyante  de  laques...

Il  soupire.

Ah !  j’ai  regret  d’avoir  fait  cet  homme  cocu.

Brusquement.

Si  je  pouvais  donner  de  mon  pied  dans  le  cul

Au  principal  témoin,  j’y  prendrais,  Dieu  me  damne,

Plus  de  plaisir  qu’à  la  lecture  de  Peau-d’Âne !

Certes,  j’en  ai  connu  pour  avoir  du  culot ;

Ça  ne  fait  rien ;  je  veux  repousser  du  goulot

Au  point  d’en  ébranler  les  gens  sous  leurs  rotules,

Et  prétends  que  mon  nez  se  couvre  de  pustules,

Si  j’ai  jamais  rien  vu  pour  être  comparé

Au  démontant  toupet  de  ce  fils  de  curé !

Oui,  je  le  hurle  en  le  clairon  d’un  vers  ternaire :

Ce  client-là  n’est,  nom  de  Dieu,  pas  ordinaire !

Il  en  a  plein  le  dos,  ce  garçon ;  et,  à  vrai  dire,  il  y  a  de  quoi.  Soudain,  la  patience  lui  échappe ;  une  colère  s’empare  de  lui,  et  aussi  l’impérieux  besoin  de  tenir  la  clef  du  mystère.  Il  s’avance  à  pas  de  loup  vers  le  groupe  des  témoins,  incline  le  buste,  la  main  au  pavillon  de  l’oreille,  et  demeure  figé  comme  de  la  gelée  de  veau,  à  entendre  s’exprimer  dans  les  termes  suivants.

LE  PRINCIPAL  TÉMOIN,  qui,  commis-voyageur  en  vin, 
ne  laisse  perdre  aucune  occasion  de  placer  sa  marchandise.

C’est  un  petit  bordeaux  excellent,  naturel,  et  qui  deviendra  supérieur  avec  quelques  années  de  bouteille.  Je  vous  le  laisserai  à  deux  cent  quinze  francs,  tout  rendu,  et  c’est  bien  parce  que  c’est  vous,  car  à  ce  prix  là,  je  ne  gagne  pas  cent  sous  de  commission.

PDF